Accueil > Nous Connaitre > Nos statuts > Structure du jumelage (fr)
 

Structure du jumelage (fr)

 

Organisation du partenariat au niveau de Kolokani

Depuis 1999 le partenariat a été transféré au niveau des collectivités territoriales.
L’administration d’Etat ne dirige plus le partenariat. C’est donc au Conseil de Cercle, du fait que le partenariat
est resté au niveau du Cercle et aussi du fait que le Conseil de Cercle est composé des représentants
des dix communes du Cercle.

Le Conseil de Cercle est composé des représentants des dix communes proportionnellement à leur population.
En pratique, les grosses communes envoient trois délégués et les communes plus petites n’en envoient
que deux. Les grosses communes sont : Kolokani, Massantola, Didiéni. Ce qui fait au total 23 délégués venus des communes. Notons par ailleurs que les
membres du Bureau du conseil
communal, à savoir le Maire et
ses adjoints, ne peuvent pas être
délégués au Conseil de Cercle. Ce
sont donc les conseillers non
membres du bureau du conseil
communal qui peuvent l’être.
Cela en vue d’éviter le cumul des
fonctions. D’où l’incompatibilité
entre la qualité des membres du
bureau de Conseil communal et
les conseillers au Conseil de
Cercle. Ce sont les conseillers
communaux qui élisent leurs
délégués au Conseil de Cercle.
Ces délégués élisent entre eux le
bureau du Conseil de Cercle,
composé d’un président et de
deux vices-présidents. Le Conseil
de Cercle, à son tour, élit ses
représentants à l’Assemblée
Régionale.

Pour arriver au sommet de la pyramide il faut déjà être élu à la
base, c’est-à-dire au Conseil communal, dans sa commune d’appartenance. Il y a aussi incompatibilité entre
les fonctions d’élus au bureau du Conseil de Cercle et délégué à l’Assemblée Régionale. Le partenariat du
jumelage étant au niveau du Cercle, c’est le Président du Conseil de Cercle qui préside le partenariat, ce
dernier étant composé des maires des dix communes et de la société civile. Le fait que les maires soient
membres de l’Association du Jumelage de Kolokani vient du fait qu’il n’y ait pas de hiérarchie entre les collectivités.
Le Conseil de Cercle aussi bien que les communes peuvent être maître d’ouvrage de leurs projets.
Cette présence a aussi pour but de magnifier l’appropriation du partenariat par toutes les collectivités du
Cercle.

Hormis le caractère automatique de la Présidence de l’AJK qui revient au Président du Conseil de Cercle, les
autres postes sont pourvus à la suite d’élections. Aujourd’hui, ce n’est plus la collectivité du Conseil de
Cercle qui dirige ; il a été créé une Association du Jumelage de Kolokani (AJK), qui s’occupe exclusivement
de ce partenariat. L’association s’est dotée d’un compte bancaire et d’un compte d’épargne populaire, le
premier pour recevoir les fonds de l’extérieur et le second pour recevoir les cotisations des membres et les
quotes-parts des bénéficiaires des projets cofinancés.

A côté des collectivités et du jumelage se trouve l’administration d’Etat, qui veille au respect scrupuleux des
textes et lois de la République par les collectivités locales, les associations de la société civile, les ONG et
tous les acteurs de développement.

A la tête de l’administration d’Etat
au niveau du Cercle se situe le Préfet
et dans les arrondissements le
Sous Préfet. En plus de son rôle régalien,
l’administration d’Etat appuie
et assiste les collectivités territoriales.
Ils constituent les autorités
de tutelle des collectivités territoriales.
Par exemple le Préfet pour les
communes, le gouverneur pour le
Cercle et le Ministre de
l’administration territoriale et des
collectivités locales pour les assemblées
régionales.

OUSMANE KOUYATÉ

   
 
 
Dans la même rubrique

© 2011 - VIROFLAY - Tous droits réservés