Relations (fr)

 

Au cours des trois dernières décennies se sont développées des relations continues avec le pays partenaire
africain, surtout grâce aux voyages réguliers des amis de Viroflay à Kolokani auxquels ont participé aussi des
délégations de Haßloch. Déjà au printemps 1988, 15 jeunes de Viroflay et de Haßloch sont allés à Kolokani
pour trois semaines pour faire la connaissance de leur « partenaire du Tiers-Monde » et y planter des
arbres. A l’époque, ce sont Frank Jotzko, Kai Radtke et l’ancienne rédactrice de la « Rheinpfalz » Anita Ludes
qui se sont décidés à entreprendre le voyage, de Viroflay ce sont dix autres filles et deux garçons qui y ont
participé. Ils ont planté précisément
603 arbres pendant
leur séjour. C’est une tentative,
par de nouvelles méthodes
dans le domaine de
l’agriculture et un nombre de
plantations accru de s’opposer
à l’avancée du désert qui
s’approche de plus en plus.

Dans le cadre de l’anniversaire
du jumelage de 2006, une
petite délégation de Kolokani
avait été invitée, à l’initiative
du « Groupe Mali » à rendre
visite tant à Viroflay qu’à

Haßloch. C’étaient le prési-Participantes aux premiers cours d’alphabétisation pour femmes adultes
dent du Cercle de Kolokani, Teilnehmerinnen des ersten Alphabetisierungskurses für erwachsene Frauen
Kono Traoré et Jacques Diarra,
le maire de Nonkon et président de l’association des maires des dix communes du cercle. Tous les deux se
montrèrent enthousiastes à la vue de la « grande ville » de Haßloch. Pendant leur visite à Viroflay et
Haßloch, les visiteurs ont pu se rendre compte du mode de gestion des deux communes. Depuis la décentralisation,
il y a de nouvelles structures à Kolokani. D’après Kono Traoré, c’était la formation des conseillers
communaux et des maires pour faire face aux nouvelles tâches qui posait problème. Il a exprimé ses remerciements
pour le soutien financier, mais il a souligné que son pays continuait de dépendre de l’assistance
sur place car « les hommes doivent voir et apprendre avant d’accepter la nouveauté ». Dans son pays, en
Afrique, la population doit continuer à affronter de nombreuses difficultés, à côté de l’approvisionnement
insuffisant dans tous les domaines, il s’agit aussi des possibilités de formation, qui restent insuffisantes ainsi
que de l’égalité des femmes, qui continuent à assumer les principales charges quotidiennes du foyer.
« L’avenir viendra par les femmes, c’est pourquoi il faut les soutenir » a déclaré le président du Cercle. En
attendant, il y a déjà des femmes dans les conseils municipaux et au Conseil de Cercle ; dans les communes,
de nombreux groupes d’entreaide de femmes ont été fondés ; toutefois, la vie des femmes continue à être
très dure. « Ces dernières années, beaucoup de choses ont été atteintes à Kolokani, et beaucoup de choses
se sont améliorées grâce au soutien des amis de Viroflay et de Haßloch », a déclaré le maire, Jacques Diarra.
Ce dernier souhaitait que les contacts personnels soient maintenus, car ils étaient, à côté du soutien
financier, un des facteurs les plus importants de l’amélioration de la vie des hommes à Kolokani. Pour correspondre
à ce souhait, il serait très important de promouvoir les relations humaines et culturelles – et
d’attirer aussi des jeunes pour qu’ils s’impliquent dans des organisations de développement. Cet objectif
pourrait être réalisé par des projets susceptibles d’inciter les jeunes à apporter leur aide sur place.

   
 
 
Dans la même rubrique

© 2011 - VIROFLAY - Tous droits réservés